L’effet d’éviction en économie

Qu’est-ce que l’effet d’éviction ?

L’effet d’éviction est un argument souvent émis par les libéraux pour discréditer les politiques keynésiennes, ces politiques qui visent à relancer l’économie via l’intervention de l’état dans l’économie nationale .

Quand un État décide dans le cadre d’une politique budgétaire de financer le déficit budgétaire sur les marchés financiers en émettant des obligations d’État cela concurrence les entreprises du secteur privé qui souhaitent également emprunter de l’argent pour faire des investissements . Dans ce cas de figure ,avec l’arrivé de l’État -qui veut financer la dette publique- dans le marché, la demande va fortement augmenter ( l’État possède une énorme manne financière comparé à une entreprise), l’offre de financement au contraire ne va pas forcément augmenter proportionnellement , l’élasticité sera plutôt faible ,donc ce qui fait que le jeux de l’offre et la demande va se mettre en place , les taux d’intérêts vont ensuite fortement augmenter , les entreprises vont donc payer au prix fort leurs emprunts .

Tout ceci va donc dissuader les sociétés du secteur privé de faire des investissements à cette période , les projets d’investissements seront donc reportés à un moment où les taux d’intérêts seront plus abordables ou l’entreprise décidera d’un plan de substitution. Dans ce cas de figure on voit que l’État en voulant mettre un place un plan de relance keynésien et profiter du multiplicateur keynésien a en réalité évincé les entreprises du secteur privé , cette politique aura été contre productive . Un effet d’éviction du secteur privé aura eu lieu au profit des titulaires d’obligations qui eux auront pu profiter d’un rendement important de leurs titres. L’effet d’éviction a donc lieu lorsque le coût d’opportunité de l’entreprise augmente . A noter également que les opérations de titrisation peuvent également être découragées par cette hausse des taux d’intrêts

 

un exemple d’effet d’éviction

Prenons un exemple. Une entreprise a le choix entre emprunter à 4 % sur le marché obligataire pour faire un investissement qui va rapporter 1 million d’euros ou placer de l’argent dans des actions qui peuvent rapporter d’après les prévisions 700 000 euros ,  dans ce cas l’entreprise a tout intérêt de choisir l’investissement .
Prenons le même exemple , par contre là dans ce cas l’Etat a décidé de financer la dette sur les marchés et du coup cet évènement fait monter le taux d’intérêt à 8% , avec ce taux le bénéfice prévisible passe à 500 000 euros , si l’entreprise privilégie l’investissement le coût d’opportunité sera de  700 000 – 500 000 = 200 000 euros . L’entreprise aura donc tout intérêt à choisir d’acheter des actions et l’effet d’éviction aura donc bien eu lieu .  Il y aura donc une perte d’investissement  pour l’économie du pays, ceci sera néfaste pour le PIB et la croissance économique .

 

un cercle vicieux

si le multiplicateur keynésien fonctionne les avantages de cette politique budgétaire seront plus forts que l’effet d’éviction . Mais si la politique de relance* n’est pas efficace l’état aura encore moins de revenu provenant des taxes et devra emprunter à nouveau accentuant de surcroît  l’effet d’éviction . Tout ceci peut mener vers un cercle vicieux où la dette publique ne cesse d’augmenter et où les avantages ne supplantent pas l’effet d’éviction.

L’effet d’éviction en économie
Noter cet article

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *