Définition de cours forcé

Définition de cours forcé
5 (100%) 1 vote

Le cours forcé désigne l’inconvertibilité c’est-à-dire que les billets de monnaie ne sont pas convertibles en or comme c’était le cas avec le système de l’étalon or par exemple. Avec le système de l’étalon or la monnaie était convertible directement en or on pouvait donc l’échanger contre ce métal précieux, l’utilisation de la planche à billets était donc impossible.

Ce système n’existe plus de nos jours, aujourd’hui nous avons un cours forcé.

Avec le cours forcé la monnaie – même si les billets sont imprimés sur du papier de qualité – perd sa valeur intrinsèque le prix de fabrication d’un billet est insignifiant et n’a aucun rapport avec sa valeur nominative, la valeur se trouve donc seulement dans la confiance que les agents économiques font en cette monnaie.

La monnaie en circulation dans un pays est la plupart du temps en situation de monopole, il va sans dire que la concurrence pure et parfaite n’est pas respectée, ce qui fait que les gens n’ont pas d’autres solutions que de l’utiliser pour leurs transactions commerciales, ainsi on saisit davantage le sens de la formule « cours forcé ».

Le cours forcé est lié au cours légal de sorte que si sur un territoire deux monnaie ont cours légal mais qu’une seule a un cours forcé les utilisateurs vont privilégier la monnaie qui n’a pas de cours forcé donc celle qui est convertible en or et délaisseront la monnaie avec un cours forcé.

En France par exemple on dit que l’euro à un pouvoir libératoire, les créanciers sont obligés d’accepter cette monnaie à cours forcé qu’est l’euro.  Ce pouvoir libératoire reste cependant limité, en effet certaines restrictions existent, par exemple lorsque le règlement d’un achat est effectué avec plus de 50 pièces de monnaie divisionnaire l’achat peut être refusé par le commerçant.

La valeur de l’euro n’est plus exprimée en rapport avec l’or mais en rapport avec d’autres devises, c’est le système des changes flottants. La valeur de l’euro fluctue quotidiennement sur le marché des devises , les taux de sont plus fixes mais variables ils ne sont pas figés dans le temps . L’euro est donc bien une monnaie à cours forcé puisqu’elle est non convertible en métal précieux.

De nos jours un cours forcé pourrait correspondre à l’impossibilité de convertir sa monnaie scripturale (qui correspond à la monnaie dématérialisée : paiement par chèque, carte bancaire …) en monnaie fiduciaire et divisionnaire (billets et pièces). C’est une hypothèse pas si irréaliste que ça , par exemple si tous les clients des banques décidaient de retrier l’argent présent sur leurs comptes bancaires il y a fort à parier que l’état interdirait la convertibilité de l’argent scriptural en monnaie fiduciaire on pourrait alors parler d’un cours forcé en quelques sortes.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *